Le salut en jujitsu

Le salut en jujitsu

Les japonais ne se serrent pas la main pour dire bonjour afin d’éviter le contact dans un souci d’hygiène principalement.
Le salut est donc monnaie courante dans la vie de tous les jours et revêt un caractère plus cérémonial dans la pratique des arts martiaux.

Le salut du Tatami

Sur le bord du tatami, on salut afin de montrer le respect envers la surface de travail sur laquelle le travail va s’effectuer.
Il s’effectue à l’entrée et à la sortie du tatami.

Le salut de début et de fin de cours

C’est le remerciement aux professeurs pour l’enseignement qu’ils nous ont dispensés.
Les mots japonais qui suivent sont dit par l’enseignant ou l’élève le plus haut gradé de cours.
Lorsque l’honneur revient à un élève, celui-ci se place pour être le premier élève à droite de tout les autres élèves.
Cette position est hautement convoité puisque c’est une marque de confiance que l’enseignant donne à son élève.

SHOMEN NI REI – Salut destiné à Jigoro Kano

SENSEI NI REI – Salut destiné aux enseignants

OTAGA NI  REI – Salut destiné aux élèves

Après le salut de la fin du cours les élèves sont invités à aller serrer la main de l’enseignant et/ou aller faire un salut debout en s’inclinant devant lui.
L’enseignant en retour saluera son élève en s’inclinant à son tour.

Le salut individuel

Il est systématique avant et après le travail en binôme dans le but de :

  • Montrer le respect à notre partenaire (ou adversaire en compétition)
  • Remercier pour le travail qu’il nous à permis de réaliser.

Il existe deux types de saluts que l’on utilise à chaque fois que l’on travaille avec un partenaire (techniques, kata, randori) ou avec un adversaire (compétitions, shiaï).

Ritsurei (le salut debout)

On salue en pliant le haut du corps à 30°, les talons joints, le regard en avant, les mains sur la face externe des cuisses chez les garçons, sur l’avant chez les filles.
On reste une seconde avant de se redresser.

Zarei (le salut à genoux)

À partir de la position debout, le judoka se met à genoux en posant d’abord le genou gauche puis celui de droite.
Il y a un écart entre le genou gauche et droit (les femmes judokas ont les genoux serrés).

Le judoka s’assied sur ses talons, salue et se relève d’abord avec le pied droit.
Ce salut se place au début et à la fin d’un cours collectif, dans les kata et le travail au sol (Ne-waza).

Le Reishiki : la cérémonie (shiki) du salut (rei).

Dès l’arrivée sur le tapis, il faut saluer debout la photo du fondateur situé au Kamiza (place d’honneur du dojo). Chacun prend sa place en ligne et ajuste son judogi. C’est généralement le sempai, l’élève le plus ancien ou haut gradé, qui dirige le rituel du salut :

« Seiza » : Tous les pratiquants s’agenouillent simultanément ;
« Kiotsuke » : Attention ! Dos droit ;
« Mokuso » : Fermer les yeux pour une petite médiation, faire le vide.
« Mokuso yame » : Méditation terminée ;
« Shomen ni rei » : Saluer le fondateur. Sans lui, il n’y aurait pas de judo ;
« Sensei ni rei » : Saluer le professeur. Sans lui, il n’y aurait pas de cours ;
« Otagai ni rei » Saluer les autres pratiquants. Sans eux, il n’y a pas de partenaires ;
Le sensei se relève
« Kiritsu » : Les pratiquants se relèvent simultanément.

Ce rituel peut varier d’un dojo à l’autre, mais on accorde toujours une grande importance à l’ouverture et la fermeture d’une séance de jujitsu.

La pratique du jujitsu débute et se termine dans la courtoisie.

Sans le respect de l’étiquette et sans l’étiquette du respect, il ne peut y avoir de jujitsu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.